Que faire au Montenegro ? 5 idées à tester

Le Montenegro est un pays relativement petit par la taille, mais il recèle de nombreuses activités grâce à sa géographie diversifiée entre mer et montagne. Le pays est attractif autant en été qu’en Hiver.

En 1 mois de voyage au Monténégro, nous avons pu visiter de nombreux endroits, mais il en reste bien d’autres que nous verrons lors d’un séjour futur. On vous propose 5 activités ou endroits qui nous ont plu au Monténégro, et ce qu’on en a pensé.

Commençons par le Nord du pays, puisque nous sommes arrivés par là haut, depuis la Serbie, puis nous descendrons vers le Sud.

Nous avons traversé la frontière entre la Serbie et le Monténégro, au niveau du poste frontière de Jabuka. C’est un tout petit poste frontière, qui contrôle l’identité et la carte grise. Puis c’est la descente sur la ville de Plevjla, sur une route de montagne toute cabossée en construction pour arriver dans une ville de montagne dans laquelle même en été il ne fait pas bien chaud.

Comme on est arrivé de nuit, j’ai mis Booking sur mon téléphone pour trouver un petit hôtel, et on s’est retrouvé à l’hôtel 24 Jul de Pljevlja, à éviter à tout prix si vous passez par là. Les chambres sont dégueulasses, puent la clope car la fdm fume tranquille en faisant son travail à moitié. Je ne parle pas de la salle de bains dans laquelle on a retrouvé le fameux insecte qu’on ne veut pas y retrouver. Le prix de 15 € et la bonne note sur Booking sont trompeurs, tout est faux.

La randonnée du Black Lake

Bon, après la fantastique visite de la ville de Pljevlja qui n’a pas beaucoup retenu mon attention, on est parti faire une première randonnée un peu plus au Sud dans le parc national de Durmitor. C’est la randonnée du black Lake, présente sur l’app All Trails, indiquée comme plutôt facile.

On s’est posé au camping dans le camping d’Ivan Do avec la voiture. 7€ pour la nuit, mais toilettes dégueulasses et pas d’eau chaude, donc pas top. On a su après que l’autre camping Mlinski Potok du village était mieux, bien qu’un peu plus loin du lac.

On est arrivé vers 17h00 et on a commencé la randonnée vers 18h00, ce qui en fait était un peu tard pour la faire en entier, mais on l’a quand même faite en entier. Quasiment plus personne n’était sur le chemin, mais il y avait encore du monde au bord du lac au niveau du camping. En journée il doit y avoir beaucoup d’activité. On a eu la pleine lune pour nous aider à terminer la randonnée, ainsi que les lampes frontales.

Le lac est magnifique, personne ne se baigne, sauf Anechka en bonne représentante de la Russie :), l’eau doit être aux alentours des 10°C, et elle est restée 1 minute environ.

La randonnée en elle-même est assez simple. Il y a beaucoup de portions de plat, mais il faudra quand même compter avec quelques portions rocailleuses qui demandent de la grimpette, mais rien de difficile. Vous sentirez quand même vos jambes à la fin.

Une idée pour passer la nuit, c’est aussi de planter la tente au bord du lac, sans rien demander à personne, et une fois que les touristes ont déserté, et vous aurez la magnifique vue du lac au lever. Il faudra partir tôt le lendemain matin pour ne pas se réveiller encerclés par des touristes.

Le trail du Bobotov Kuk

Après le Black Lake, on est allé un peu plus loin sur la route jusqu’au Sedo Pass. La route est magnifique dans la montagne, avec des vues à couper le souffle et quelques possibilités pour s’arrêter sur le chemin.

Lorsque vous arrivez au passage du col du Sedo, vous pouvez vous garer sur le Parking, et un espèce de gardien va vous demander 4 euros par personne pour avoir le droit de rester, même si vous vous garez sur la route quelque part. Mais si vous arrivez et que vous partez direct en rando, il n’aura pas le temps de vous trouver lol, et le soir il ne sera plus là pour vous embêter. Je vois pas pourquoi on paie 4 euros par personne pour se garer dans la montagne…mais bon. En plus ya des gens d’Alsace du sud qui m’ont tagué 68 sur ma voiture poussiéreuse du 67 haha.

Encore une fois on a commencé la randonnée un peu tard, vers 13h30, et on était quasiment les derniers à partir pour le Bobotov Kuk, avec un autre groupe de 4 ou 5 gars Croates qui voyageaient en convoi de 2CV.

Le trail, on l’a aussi trouvé sur All Trails et il était indiqué comme intermédiaire. Le tout début peut être assez venteux car plutôt exposé, mais dés qu’on rentre dans les montagnes il n’y a plus de vent, c’est tranquille.

Anechka dans les chemins escarpés balisés vers le sommet du Bobotov Kuk

Pendant la première heure, ça grimpe pas mal, et parfois sérieusement au point qu’il y a un câble pour s’aider pour grimper dans la rocaille. Ensuite ça se calme, on traverse des espaces herbeux entre les montagnes.

Après 2h00 On a croisé des randonneuses de Pologne dans l’autre sens, qui avaient l’air d’en avoir un peu marre lol, et qui nous ont demandé combien de temps il restait jusqu’au parking. Après elles nous ont dit que c’était super dur la rando, qu’on en avait encore pour 2h00 de très sérieuse grimpette pour arriver au sommet et qu’on avait pas le bon équipement. Oui on était vite fait en basket, short t-shirt, avec le sac de rando. On s’est demandé si on allait y arriver, mais bon on a continué pour voir si c’était vrai.

En effet on arrive au niveau d’un petit lac sympathique après deux heures, et cela commence à grimper sévère, il faut avoir du souffle, et bien s’accrocher au câble parfois, mais c’est totalement faisable sans forcément un équipement de pro.

1 heure de grimpette sévère après le lac, on arrive à un premier arrêt avec une superbe vue sur l’autre sur tout le massif ! Des randonneurs descendent, beaucoup ont fini et retourne au parking. Il nous reste alors environ 1h pour arriver au sommet.

Julien et Anechka pendant la randonnée vers le sommet du Bobotov Kuk

La même grimpette continue, pendant une petite heure ou moins si vous êtes motivés, puis on arrive dans la partie finale. Ca devient un peu de l’escalade à ce niveau, et on doit suivre un câble et s’accrocher aux roches pour atteindre le sommet du Bobotov Kuk. Là haut tout est calme, la vue est magnifique, et la température n’est pas trop basse en plein été. On est resté 15 ou 20 minutes avant de redescendre pour ne pas arriver trop tard dans la nuit.

Finalement nous sommes arrivés avant la tombée de la nuit au parking vers 21h00 en faisant plusieurs pauses pour profiter des paysages et même de quelques biches croisées sur le retour entre les montagnes. Elles étaient très près de nous, et nous regardaient avancer curieusement.

Franchement le trail était faisable mais si c’est le niveau intermédiaire, je veux bien voir ce qu’est le niveau difficile, il faut qu’on essaie pour voir !

Le soir nous avons recherché un logement au hasard, et nous sommes tombés sur un superbe endroit, chez Stojan, le Maple Village 🙂, c’est plusieurs petites cabanes en bois avec juste deux lits dedans. Les deux douches sont communes pour les 3 petites cabanes.

Booking.com

Stojan qui a créé ce village est intarissable sur la manière dont il a construit et isolé les cabanes. C’est un chef 3 étoiles au Michelin qui vous fera des repas de rois ! Il nous a préparé un diner à 21h30 alors qu’il allait se coucher, et le petit-déjeuner était juste royal pour 5€. Vraiment on vous recommande d’aller là-bas si vous faites la rando ou si vous passez par là, mais il faut réserver à l’avance car c’est un peu prisé en été. On a payé 20€ la nuit, avec de la chance parce qu’une personne avait annulé juste le jour de notre rando. En vrai il faut réserver à l’avance.

Booking.com

Le grand Canyon de la Tara

Dans le parc national du Durmitor, il y a un canyon qui est réputé comme le deuxième plus important au monde après le grand Canyon aux états-unis.

La rivière Tara coule en effet entre deux massifs, pour un spectacle naturel saisissant sur une distance officielle de 144km.

Lorsque nous sommes arrivés au niveau du pont qui traverse la rivière Tara, nous avons fait une pause et pu admirer le spectacle majestueux de l’eau turquoise qui serpente entre les massifs tout en bas.

Comme nous avons vu quelques personnes au bord de la rivière, nous avons décidé de descendre au bord de la rivière. Nous sommes passés par le parking, et avons pris le chemin qui descend vers la tyrolienne. Ce chemin n’était pas très adapté à ma petite Ford lol, mais plutôt à un 4×4, mais on s’en est sorti, et on a fini a pied. La descente était un peu périlleuse jusqu’à la rivière !

On peut dire que c’est un grand toboggan recouvert de feuilles mortes et de branches sèches. et à la fin quelques roches à franchir avant d’arriver à la rivière Tara.

On s’est dit qu’on allait se baigner un peu, mais l’eau était tellement froide lorsqu’on a trempé les pieds, que cela faisait mal au bout de quelques secondes. Alors on a juste un peu marché sur les rochers pour longer, la rivière et observer quelques embarcations de rafting passer doucement.

Là haut, au niveau du pont et du parking, les touristes de toute l’Europe sont avides de sensations fortes et s’adonnent à une attraction nommée zipline. C’est un câble qui traverse la rivière en hauteur, et sur lequel vous pouvez glisser avec un treuil, une tyrolienne. On vient même vous racoller jusqu’au milieu du pont pour vous traîner dans la zipline.

Mais l’attraction principale sur la rivière Tara, c’est bien sûr le rafting. Vous avez même un rafting center qui propose un tas d’activités, mais il est en Bosnie Herzégovine.

Kotor et les bouches de Kotor

Lorsqu’on rejoint la côte Adriatique, on sent un changement de climat. L’air devient chaud, même lourd. Les vues sont majestueuses à l’arrivée sur la côte, avec un point de vue en contrebas sur les villes et villages du bord des bouches de Kotor.

On voit tout de suite que tout est beaucoup plus développé, avec des restaurants et des hôtels partout.

Kotor est une petite ville magnifique bordée de remparts. Elle est classée au patrimoine et très touristique pour sa beauté et son accès aux bouches de Kotor. C’est un peu le Léman des Balkans, mais qui débouche sur l’Adriatique.

Prenez une journée ou deux pour découvrir ce que propose la vieille ville (Stari Grad). Les groupes de touristes, souvent russes, défilent pendant que vous êtes en terrasse au restaurant ou dans un café. Vous pouvez visiter plusieurs bâtiments, dont la jolie petite cathédrale de Svetog Tripuna pour 3 ou 4 € par personne. Le gardien était marrant, et quand il a su que j’étais français, il était fou parce que l’équipe de France de basket venait de battre les US aux JO, et il me disait : « Fournier, Fournier ».

On a testé le restaurant Dekaderon en face de la cathédrale, qui propose du poisson frais délicieux, et qui vous rafraîchit en plein été grâce à des buses de pulvérisation d’eau un peu partout en terrasse, très agréable.

Autrement, si vous recherchez plus les grands espaces, ou l’aventure, Kotor ce n’est pas vraiment l’endroit à visiter. Il y a beaucoup de trafic et de touriste, surtout en Juillet Août où la circulation est juste infernale à certaines heures de la journée.

On a aussi passé du temps sur la commune de Tivat, à Tivat puis à Lepetane pas loin du ferry qui assure la traversée entre les deux rives. Pour la route pour arriver à Tivat, depuis Kotor…prévoyez 2 heures d’embouteillages en Juillet Août, tout le long de la piste de l’aéroport de Tivat.

C’est une jolie ville avec la marina de Porto Montenegro, ses yachts, ses plages, et son aspect plutôt luxueux. La zone de Tivat est très attractive pour de nombreux expatriés et investisseurs étrangers. turcs, italiens, français ou encore russes.

Les plages du Sud vers Ulcinj

Les plages du Sud sont connues comme plus sauvages et beaucoup plus spacieuses que dans le Nord du pays. Ulcinj est une ville d’environ 10000 habitants composées essentiellement d’Albanais à 75% et ensuite de Monténégrins, bien que la ville soit bien au Monténégro.

On y remarque d’ailleurs la présence de l’Islam, religion principale des Albanais. Ce qui marque un changement radical avec le nord, donne une impression d’Orient, et dépayse un peu plus.

Si vous faites du camping, ou que vous partez en van ou camping car, le camping de Safari Beach est un super endroit pour se poser quelques jours. Il s’agit d’une belle surface plane à l’ombre de grands pins entre lesquels vous pourrez tirer votre hamac ou étendre votre linge. Mais le camping est surtout juste au bord de la plage.

Vous aurez le loisir de profiter de la longue plage sablonneuse et très plate. Il vous faudra marcher longtemps avant de ne plus avoir pied. Et même après quelques dizaines de mètres, cela remonte et vous pouvez avoir de l’eau jusqu’aux chevilles à peine.

C’est une plage parfaite pour les enfants, sur laquelle vous pourrez louer un transat à la journée pour 4€ par personnes, ou encore carrément un lit suspendu face à la mer pour 5€. Vous avez aussi un restaurant dans lequel vous pouvez régler tout par carte bancaire, et un bar de plage. Le camping a le wifi, mais cela fonctionne seulement si vous êtes près de la box, dans la cabane à l’entrée.

Au niveau tarif, il faut compter environ 20€ pour une voiture pour une nuit. Vous avez des douches chaudes propres pour ce tarif. Vous avez aussi une laverie ou encore.

Depuis ce point de chute, vous pourrez visiter tranquillement tous les environs, dont le parc naturel Ulcinjska Solana ou saline d’Ulcinj, et Ada Bojana dont on parle dans la suite.

Ada Bojana, plage nudiste

Encore un peu plus vers le Sud, vous trouverez un endroit non loin de l’Albanie qui s’appelle Ada Bojana, il s’agit d’une île monténégrine dont les plages sablonneuses sont très agréables, connue pour ses restaurants flottants et sa plage nudiste.

Que vous soyez nudistes ou pas, la plage est quand même accessible. Vous pouvez également louer un transat. Le point de vue est superbe pour observer le coucher de soleil.

Et le soir vous pouvez diner dans l’un de ces restaurants qui semble flotter sur l’eau, avec une belle vue sur le bras de mer qui sépare le continent de Bojana Island. Les poissons y sont délicieux, et le tarif un peu élevé par rapport à la moyenne au Monténégro.

Laisser un commentaire